Etude des œuvres

L'étude des oeuvres peut comporter plusieurs aspects.

 

L'étude sanitaire, ou constat d'état , permet de dresser la liste des altérations et leur degré de dangerosité. Sur base de ces observations, on pourra déterminer l'urgence (ou non) d'intervenir, le but des interventions (conservation stricte et/ou  intervention d'ordre esthétique), et les techniques à utiliser.

 

L'étude des polychromie, ou étude stratigraphique, vise quant à elle à comprendre les différents aspects revêtus par la sculpture au cours de son histoire.  On procède alors à l'ouverture d'échelles stratigraphiques, par élimination successives des couches rencontrées au scalpel sous microscope binoculaire. Lorsque ces couches sont suffisamment bien conservées, il est possible alors de dresser des schémas des polychromies originale ou anciennes, donnant un autre visage à l'oeuvre.

 

Dans certains cas, je travaille en collaboration avec les laboratoires de l'IRPA pour des radiographies, la datation du bois par dendrochronologie et l'analyse des pigments et liants des polychromies.

 

Quelques exemples :

 

Une étude stratigraphique a été menée sur une sculpture de saint Antoine ermite. La polychromie était fort abîmée mais comportait suffisamment de petits restes pour proposer un schéma de reconstitution de la polychromie d'origine.


 

Le Christ du Thiers-à-Liège, conservé au Trésor de Liège, a fait l'objet d'une étude stratigraphique pour déterminer s'il était possible de dégager les trop nombreux repeints qui en empâtaient les volumes. Le dégagement est aujourd'hui en cours.

 

Détail du drapé du perizonium avant intervention et après ouverture d'une fenêtre de dégagement. On récupère toute le relief du drapé.